Les Français engagés localement pour valoriser et sauver le patrimoine vivant

Appel à candidature pour le Prix national de l’agrobiodiversité animale 2020

Libourne, 3 septembre 2019 – Le sujet de la préservation de la biodiversité n’a jamais été aussi médiatisé à travers le monde, et pourtant il existe une réalité moins connue qui concerne la biodiversité animale domestique. Dans les élevages aussi des races sont en voie de disparition, et la France ne fait pas exception.
Afin de participer à la protection du patrimoine génétique agricole français, Ceva Santé Animale et la Fondation du patrimoine soutiennent depuis 2012, des projets et actions locales de sauvegarde de races d’animaux d’élevage à faible effectif.
Les éleveurs et associations français engagés pour la biodiversité animale ont jusqu’au 29 novembre 2019 pour candidater à la 8e édition du « Prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale » [1]

[1] Dotation totale de 20 000 € remise lors du Salon International de l’Agriculture de Paris (22 février/1er mars 2020)

Des ressources génétiques indispensables à la sauvegarde du patrimoine agricole

Selon un récent rapport de l’ONU1, l’activité humaine provoque un effondrement sans précédent de la biodiversité : 1 million d’espèces sont menacées d’extinction sur la planète.

Un dangereux déclin qui concerne notamment les animaux d’élevage français : sur les 95 races locales bovines, ovines, caprines et porcines que compte la France, 62 sont en voie de disparition[2].

Les ressources pour l’agriculture de demain sont celles qui auront été préservées aujourd’hui.

Un prix pour récompenser les actions de préservation, de valorisation et d’éducation

Placé sous le haut patronage du Ministère de l’Agriculture, le Prix national pour l’agrobiodiversité animale a été créé en 2012 par le laboratoire vétérinaire français Ceva Santé Animale, la Fondation du patrimoine et le soutien d’un mécène privé.

Ce concours a vu le jour avec une ambition commune : soutenir des races locales, des modèles de production différents, afin de valoriser la biodiversité animale dans les élevages français, à travers un projet économique viable ancré dans son territoire.

Depuis la création du Prix, 22 lauréats ont été mis à l’honneur (Liste des lauréats des précédents éditions) et 155 000 euros de mécénat engagés. En 2019, le porc de Bayeux, la chèvre des Pyrénées et le lapin chèvre ont été primés au Salon de l’agriculture à Paris. Chaque édition permet de révéler des éleveurs passionnés par leur métier et par les races qu’ils ont choisies de sauver.

Pour Emmanuel et Cécile Guichard, éleveurs d’ânes des Pyrénées dans le Gers et lauréats 2018 : « Ce prix nous a apporté une visibilité et de la crédibilité. Nous participons à la préservation de la race car nous représentons 10 % des naissances de l’âne des Pyrénées. Nous sommes maintenant reconnus auprès du grand public, nous avons des visiteurs toute l’année à la ferme, surtout pendant la période estivale (6 000 visiteurs par an), et nous sommes fiers de leur parler du prix que nous avons gagné. ».

Jean Lassalle, éleveur de brebis Sasi ardi dans les Pyrénées-Atlantiques et 1er prix 2017, commente : « En relançant cette race, nous nous sommes lancé un pari un peu fou, nous avons cru en une race qui risquait de disparaître. Il ne restait presque plus de brebis, or elles avaient un rôle important en termes d’entretien de la moyenne montagne. Si nous avons reçu ce prix national de l’agrobiodiversité, c’est parce que des personnes ont cru en nous, en notre projet. Nous sommes très reconnaissants et fiers ! Nous avons réalisé plusieurs projets tels que la reconnaissance de la race Sasi ardi. Nous avons créé une marque commerciale : Sasiko. Il faut maintenant valoriser nos animaux. La brebis Sasi ne doit pas être considérée seulement comme une jolie bête utilisée sur une carte postale, il faut que les éleveurs puissent également en vivre. »

Interview de Muriel Angée, éleveuse de porcs de Bayeux, 1er prix 2019

29 novembre : date limite de dépôt des candidatures

Le Prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale s’adresse à toute personne physique et à toute personne morale publique ou privée résidant en France (groupement agricole, conservatoires régionaux de races, syndicats et associations à but non lucratif), élevant des races domestiques locales à faible effectif : bovins, caprins, équidés, ovins, porcs, chiens de travail, volailles et autres animaux de basse-cour.

Pour désigner les lauréats, le jury s’appuie sur trois critères majeurs : la valeur économique du projet, son impact social ou environnemental sur un territoire, les actions de sensibilisation et de communication autour d’une race à préserver. La dotation totale est de 20 000 euros : 10 000 euros pour le premier prix, 6 000 euros, pour le deuxième prix, 4 000 euros pour le troisième prix.

Pour cette 8e édition, les candidats ont jusqu’au 29 novembre 2019 pour envoyer leur dossier de candidature (disponible ICI). Le prix 2020 sera remis lors du Salon International de l’Agriculture (Paris, 22 février/1er mars).

1 « Le dangereux déclin de la nature », IPBES (ONU), 05-2019

2 Ministère de l’Agriculture - Journal officiel - «  Les races bovines, ovines, caprines et porcines reconnues en France », 27 juillet 2018

>>Vidéos et visuels libres de droits téléchargeables en cliquant ICI

>>Version PDF disponible : 2019-09_Ceva_CP_PrixAgrobiodiversite2020.pdf

Retour haut de page